ce(lui) qui reste

06

J’ai pris cette photo à Helsinki, en novembre 2014. C’est une de celles que j’aime, que j’ai déjà fait tirer plusieurs fois, que j’ai accroché sur le mur à images de trois chambres où j’ai habité depuis. A chaque fois que je me promène dans cette rue j’espère apercevoir ce musicien, et je souris dès que j’entends le tintement de ses bouteilles au loin. Comme un souvenir qui, littéralement, resurgit devant moi. J’ai fait développer cette image encore une fois, et hier je l’ai tendue timidement à ce monsieur, en le remerciant d’être toujours là… et comme par magie, la neige tombait aussi à ce moment là – j’ai cru reconnaître les mêmes flocons que ceux de la photo.

I took this picture in Helsinki, in November 2014. It is one of those that I like, that I have printed several times, that I have hung on the wall of images of three different bedrooms I have inhabited since. Every time I wander in this street I hope I will see this musician, and I smile as soon as I hear his bottle chime as I approach him. Like a memory which literally surfaces in front of me. I printed this picture once again, and yesterday I offered it to this man, timidly, thanking him for being here, still… and as if by magic, snow was falling too at this moment – I would have bet these were the same snow flakes.

 

nordic february

060312040910.JPG

Février. Le mois du bel hiver. Du véritable froid. Des cils glacés, des joues rougies. Du soleil, chaque jour. De la Baltique gelée, sur laquelle on se promène quotidiennement. Des couchers de soleils pastels. Merci, février !

February. The month of beautiful Winter. Of real cold. Of frozen eyelashes, of red cheeks. Of sun, every day. Of the frozen Baltic sea, on which we take daily walks. Of pastel sunsets. Thank you, February!

a day at the beach

0108050207041006

Se faire réveiller par la caresse du soleil, deviner le grand bleu du ciel derrière les stores et parier sur le nombre de degrés sous zéro affichés au thermomètre au dehors. Petit déjeuner en songeant à la balade du jour, jeter son dévolu sur Uutela, à quelques kilomètres à peine de chez nous. Sortir nos plus gros pulls en laine et multiplier les couches de vêtements en imaginant déjà les moins treize degrés dehors. Vérifier une dernière fois les batteries des appareils photo, remplir la thermos de thé bien chaud, et mettre le nez dehors… let’s go to the beach ! 🙂

Waking up with the caress of the sun, guessing a big blue sky behind the shades and betting on the number of degrees below zero on the thermometer outside. Having breakfast while wondering about the walk of the day, setting our sights on Uutela, just a few kilometers away from home. Putting on our thicker woolen jumpers and multiplying the layers of clothes, keeping in mind the minus thirteen outside. Checking the batteries of our cameras one last time, filling up the thermos with warm tea, and steping outside… let’s go to the beach! 🙂

november

005080307004

Ce mois de l’année où l’humeur vagabonde entre l’obscurité des journées, l’humidité de l’air et le froid, mais aussi la chaleur réconfortante des lumières que l’on allume un peu partout, et ce petit air de fête qui s’installe tout doucement…

This month of the year when the mood keeps swinging between the darkness of the days, the humidity of the air and the cold, but also the comforting warmth of the lights that people switch on everywhere, and this festive spirit that takes hold little by little…

quiet morning

0105

Profiter, quand le matin est encore tout gelé, de la poignée de minutes qu’il me reste avant le début du travail.

When the morning is still all frosty, enjoying the handful of minutes that remain before my job starts.